Quelle résolution d’image et de fichier adopter en fonction de la taille du support imprimé ?

Il est souvent compliqué de définir la résolution d’image ou de fichier en fonction du support sur lequel il sera imprimé. Dans cet article nous répondrons à toutes les questions fréquemment posées par nos clients avec l’aide de nos experts de l’impression et de nos graphistes.

Impression d’images : quelle résolution selon le support ?

Pour les graphistes, TPE/PME ou services marketing, produire des supports de communication de qualité optimale est impératif. Vous souhaitez imprimer une affiche en grand format ? Il faudra avant tout vérifier que la résolution d’image est suffisante, pour un rendu non pixelisé, bien lisible et professionnel.

Quelle résolution choisir pour une carte de visite, un flyer, un panneau publicitaire ou autres supports grands formats ?

  • 600 dpi pour un document de luxe type affiches, flyers.
  • 300 dpi pour la majorité des produits de communication de taille réduite comme les cartes de visite.
  • 150 dpi pour certains grands formats PLV.
  • 80, voire 40 dpi, pour les très grands formats visibles de loin (plus de 10 m) comme les bâches ou les drapeaux.

Pourquoi la notion de résolution dimage est-elle primordiale ?

On retrouve ce terme dans de nombreux domaines. La résolution indique le degré de qualité et de netteté d’une illustration, en fonction du support concerné. Il s’agit du nombre de pixels (ou de points) qui compose l’image sur une longueur d’un pouce (2,54 cm), que ce soit une photo imprimée ou un écran.

La taille des illustrations se définit donc en pixels. Plus une photo en contiendra pour une taille donnée, plus elle offrira un rendu net et précis. Il est toujours possible de choisir une photo sans se soucier de sa taille en pixels pour l’imprimer. Cependant, le résultat peut s’avérer très mitigé. Si le nombre de pixels est trop limité par rapport à la taille réelle en pouces ou centimètres, la précision sera faible et la qualité médiocre.

Résolution d'image

DPI et PPP : connaître les termes liés à la qualité d’une image

L’acronyme DPI, ou « Dots per inch » en anglais, se traduit par « Points par pouce », une notion proche de l’abréviation PPIPixels per inch », ou PPP en français pour « Pixels par pouce ». Le terme DPI est utilisé pour les documents à imprimer, tandis que le PPI ou PPP concerne les écrans.

Explication : résolution d'image DPI

Dans les faits, il faut savoir que le nombre de points d’encre imprimés importe seulement si l’on est capable de les distinguer. Ainsi, la référence des 300 dpi correspond à notre vision lorsque l’on regarde une photo ou un document que l’on tient à la main (distance d’environ 30 cm). Pour certains types de supports imprimés, tabler sur 250 dpi peut s’avérer suffisant. Notre acuité visuelle étant rarement parfaite à 100%.

Un principe important est à considérer : plus une photo est regardée de loin, moins la différence entre les points sera visible. La résolution choisie pourra donc être moins élevée.

Pour résumer :

  • Un document destiné à être vu à moins d’une trentaine de cm aura généralement une résolution de 300 dpi.
  • Les affiches consultables à environ 2 mètres peuvent avoir une résolution d’image de 80 dpi.
  • Les supports visibles à 10 mètres et plus peuvent avoir une résolution de 40 dpi.

Pour une qualité optimale, mieux vaut miser sur une résolution un peu plus élevée en cas de doute, l’inverse étant par contre à proscrire ; l’effet pixelisé nuirait en effet à la crédibilité du message transmis.

Quel lien entre taille d’impression et résolution d’image ?

Qu’il s’agisse d’imprimer une photographie, une brochure, un fichier de travail, un plan ou autre, la résolution reste importante : un nombre de pixels suffisant permettra de travailler le document sans aucune perte. Cela permet d’éviter un rendu et un effet bas de gamme.

Mais pourquoi adapter la résolution à chaque format et ne pas se contenter de cocher une valeur élevée, indépendamment du type de support ?

Prenons l’exemple de fichiers à imprimer, dont le format sera inférieur à du A0 : il est ici conseillé de sélectionner une résolution de 300 dpi. En dessous la qualité risque de ne pas être à la hauteur, et au-dessus le fichier informatique sera alourdi inutilement ; son traitement sera ralenti, les transferts plus compliqués, sans rien gagner en niveau de qualité.

Comment peut-on modifier la résolution d’image ?

Diverses raisons peuvent vous inciter à corriger la résolution d’un document. Le fait de vouloir éditer un grand nombre de photographies, ou pour partager rapidement une photo sur les réseaux en diminuant sa taille. Souvent réalisée via Photoshop, cette étape est rapide et ne requiert pas une connaissance poussée du logiciel.

Il existe également quelques sites en ligne gratuits qui permettent de modifier la résolution d’une image rapidement :

Étape 1 : déterminer la taille du document

Dans la barre latérale supérieure, se rendre dans le menu “Image” puis l’onglet “Taille de l’image…” À partir de la fenêtre qui s’affiche, il sera possible de changer la taille de l’image.

Astuces : Les raccourcis
PCMAC
Ctrl + Alt + iCmd + Option + i

Étape 2 : modifier la résolution d’image

Il est également possible de modifier dans cette fenêtre la résolution d’une image, explorez les paramètres modifiables : la résolution peut notamment être affichée en pixels par pouce, en cliquant sur la fonction située sous les paramètres de dimensions.
Lorsque vous souhaitez augmenter la résolution d’une illustration, pensez toujours que cette possibilité n’est intéressante que s’il s’agit d’une légère revalorisation. Augmenter davantage la taille viendrait pixeliser la photo et annuler les bénéfices de l’opération.

Étape facultative : utiliser les paramètres prédéfinis

Pour imprimer un document il suffira de sélectionner un paramètre prédéfini dans la fenêtre et sélectionner la fonction « ajuster à » parmi les choix proposés. À noter que lorsque vous modifiez un composant de votre photo depuis cette fenêtre, les autres vont s’ajuster pour conserver parfaitement les proportions de la photo.

Quels conseils pour réussir ses supports de communication ?

Avant de lancer l’impression, il est donc primordial de vérifier qu’un document offre un niveau de qualité suffisant pour le format prévu. Trois éléments sont essentiels :

  • la définition
  • la taille 
  • la résolution

Ces facteurs sont liés et jouent un rôle crucial dans la préparation de vos supports à imprimer.

Ici, la définition équivaut au total de pixels qui forment la photo. Leur total dans le sens de la largeur multiplié par leur total en hauteur.

Exemple :

Une illustration de 4000 pixels de large sur 2500 de haut possède une définition égale à 10 millions de pixels (= 4000 x 2500).

Lorsque l’on évoque les performances d’un appareil photo, le niveau de définition fait notamment partie des chiffres mis en évidence. Second élément, la taille du document, qui correspond ici aux dimensions de la photo une fois sur le papier. Enfin, la résolution représente le rapport entre la définition et la taille : dans le milieu de la photographie, on parle de densité de pixels.

Les supports imprimés restent aujourd’hui des outils très efficaces pour toutes sortes de communications. Les flyers, affiches, insignes et autres goodies sont toujours très plébiscités, afin de communiquer auprès du public et promouvoir divers événements.

L’identité visuelle y sera mise en avant, avec le logo et les coloris définis par la charte graphique. La haute qualité des fichiers à envoyer à l’imprimeur est incontournable, avec par exemple un format A2 qui conviendra bien à la plupart des affiches, qui se démarqueront en utilisant la couleur. Un flyer quant à lui pourra être conçu en divers formats au choix, tels que 5x14cm ou 10x14cm. Chaque format doit bénéficier d’une approche bien spécifique.

En conclucion

Tous ces moyens de communication ont leur propre but, leurs atouts et leurs contraintes, à analyser pour se montrer efficaces dans la diffusion du message. La clé d’une bonne opération marketing se trouvera également dans la combinaison de ces différents supports et formats, qui peuvent tout à fait se compléter, avec toujours une qualité visuelle optimale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *